Du 16 au 19 mai prochain, se tiendra en Angola la 8ᵉ édition du Congrès et exposition des producteurs de pétrole du continent, initiée par l’Organisation Africaine des Producteurs de Pétrole.

Du 16 au 19 mai prochain, se tiendra en Angola la 8ᵉ édition du Congrès et exposition des producteurs de pétrole du continent, initiée par l’Organisation Africaine des Producteurs de Pétrole.

Grâce à l’introduction de cycles d’octroi de licences, au lancement de projets à grande échelle et à des événements énergétiques axés sur l’industrie, l’Angola se positionne comme un marché d’hydrocarbures de premier plan en 2022 et au-delà.

Soutenu par d’importantes ressources pétrolières et gazières, une réglementation axée sur le marché et une volonté de transition énergétique centrée sur l’Afrique, l’Angola continue de faire des progrès significatifs pour améliorer l’accès et la sécurité énergétiques en Afrique. Sous l’impulsion du ministère des Ressources minérales et du Pétrole, de la compagnie pétrolière nationale (NOC), Sonangol, et du régulateur national, l’Agence nationale du pétrole, du gaz et des biocarburants (ANPG), le pays stimule l’investissement et le développement dans de multiples facettes du secteur énergétique. En 2022, grâce aux développements en amont, à la recherche de gaz naturel et à des événements énergétiques de grande envergure, l’Angola devrait entrer dans une nouvelle ère de réussite dans le domaine des hydrocarbures et servir de modèle à d’autres pays africains riches en ressources.

Alors que l’Angola est le troisième producteur de pétrole d’Afrique, avec une production moyenne de 1,2 million de barils par jour (bpj) en 2021, le pays est déterminé à augmenter sa production en intensifiant l’exploration. Le ministère des ressources minérales et du pétrole, dirigé par Diamantino Pedro Azevedo, a notamment pour objectif de tirer parti de l’expertise de Sonangol et de l’ANPG pour développer le secteur. Cela s’est fait de deux manières prédominantes. Premièrement, à la suite de la restructuration de Sonangol en 2018, la NOC a cédé son rôle de concessionnaire à l’ANPG, ce qui a permis à la société de se recentrer sur sa capacité d’opérateur en amont. En 2022, Sonangol a ainsi élargi son portefeuille et mis en vente plusieurs actifs de premier plan. Rien que la semaine dernière, Sonangol a annoncé la vente de deux actifs au nouvel entrant Afentra et de trois blocs à Sirius et Somoil, générant ainsi des revenus indispensables tout en permettant à la NOC de se concentrer sur son rôle d’opérateur.

Deuxièmement, grâce à l’introduction de cycles d’octroi de licences, l’Angola a renforcé la compétitivité de son secteur en amont, tout en présentant des arguments solides en faveur des investissements. À cet effet, en 2019, l’ANPG a lancé un cycle d’octroi de licences d’une durée de six ans, qui a donné lieu à 45 propositions représentant un investissement total d’un milliard de dollars de la part de quinze entreprises lors du cycle d’octroi de licences de 2020. Plus récemment, en février 2022, l’ANPG a lancé le troisième tour d’appel d’offres qui a vu des majors pétrolières mondiales, dont Eni, TotalEnergies et Equinor, soumettre des propositions. L’introduction de ces cycles, associée à des réformes fiscales, notamment la réduction de moitié des redevances fiscales et de l’impôt sur le revenu pour les découvertes marginales, a entraîné une augmentation de la pénétration internationale en Angola, et le ministre Azevedo a joué un rôle déterminant à cet égard.

Parallèlement, le ministre Azevedo et Sonangol ont placé le gaz naturel au centre du programme de développement du pays. Représentant le carburant de l’avenir en Afrique, le développement des réserves de gaz de l’Angola pourrait accélérer l’électrification, l’industrialisation et la génération de revenus à grande échelle, et c’est pourquoi l’Angola se concentre sur l’augmentation des investissements dans ce secteur à fort potentiel. Les efforts dans ce domaine ont déjà porté leurs fruits, Chevron ayant annoncé une décision finale d’investissement en janvier 2021 pour le gazoduc de 480 millions de pieds cubes qui transportera le gaz du projet Sanha Lean Gas à Cabinda vers les installations de traitement de Luanda. De plus, l’approvisionnement mondial étant perturbé par le conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine, l’Angola s’est positionné comme le fournisseur privilégié des marchés européens. En avril 2022, l’Angola a signé un accord avec l’Italie pour stimuler les exportations de gaz, le pays cherchant à réduire sa dépendance à l’égard de l’énergie russe et s’assurant ainsi que l’Angola devienne un exportateur mondial de premier plan.

Avec des développements majeurs en cours dans les secteurs du pétrole et du gaz naturel, l’Angola est plus ambitieux que jamais pour s’assurer que les investissements adéquats sont dirigés vers ces activités. À cet égard, le ministère a joué et continue de jouer un rôle important dans l’investissement lors des événements énergétiques africains, le pays étant prêt à accueillir le 8e Congrès et exposition pétroliers africains (CAPE VIII) du 16 au 19 mai 2022. Organisé par l’Organisation africaine des producteurs de pétrole, le gouvernement angolais et AMETrade, le CAPE VIII se déroulera sous le thème « Transition énergétique et avenir de l’industrie pétrolière et gazière en Afrique : Opportunités, défis et développement ».

« En tant que voix du secteur de l’énergie africain, La Chambre Africaine de l’Energie (AEC) est fière de soutenir le prochain CAPE VIII, en offrant son soutien total avant et pendant l’événement. L’AEC croit que le CAPE VIII jouera un rôle instrumental dans la stimulation de l’investissement et du développement du secteur de l’énergie en Afrique, tout en fournissant une plateforme pour une discussion réelle et honnête sur les questions de transition énergétique. Au cours du CAPE VIII, la Chambre participera et dirigera une forte délégation du secteur privé en Angola, où nous promouvrons les partenariats locaux et le contenu local tout en exhortant les gouvernements à accélérer les accords, en particulier les accords liés au gaz », déclare NJ Ayuk, président exécutif de l’AEC.

L’Angola est également appelé à jouer un rôle de premier plan dans le principal événement énergétique du continent, la Semaine africaine de l’énergie 2022, qui se tiendra du 18 au 21 octobre à Cape Town. Au cours de cet événement, le ministre Azevedo prononcera un discours-programme, dans lequel il fera la promotion des développements en amont de l’Angola, de la volonté du pays d’exploiter le gaz naturel et des futures opportunités d’investissement.

Laisser un commentaire