République centrafricaine : Le référendum présente des risques

Un référendum constitutionnel à venir pourrait fermer davantage l’espace civique en République centrafricaine et risque d’inverser les progrès démocratiques réalisés depuis 2015, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Le président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, a annoncé via Facebook le 30 mai 2023 qu’il convoquait un référendum sur une nouvelle constitution. Bien que le texte ne soit pas encore public, le changement pourrait permettre à Touadéra de rester président au-delà de 2025, date de la fin de son mandat actuel. Fidèle Gouandjika, ministre et conseiller spécial du président, a déclaré à l’AFP qu’un référendum ne permettrait pas à Touadéra de briguer un troisième mandat, « mais les compteurs seront remis à zéro » et le président pourrait se représenter.

Read More