Des dizaines d’arrestations de manifestants contre les expulsions dans le quartier d’Alexandrie

Des dizaines d’arrestations de manifestants contre les expulsions dans le quartier d’Alexandrie

Treize habitants d’un quartier d’Alexandrie arrêtés vendredi alors qu’ils participaient à une grande manifestation contre une décision du gouvernement de les expulser de force de leur domicile ont été placés en détention provisoire samedi, a déclaré l’un des avocats de la défense des détenus à Mada Masr.

La manifestation, à laquelle ont participé des centaines de ménages du quartier, a été dispersée par les forces de sécurité qui ont tiré des gaz lacrymogènes sur la foule et arrêté au moins 51 personnes. Treize ont été placés en détention samedi par le ministère public pour des charges de manifestation, de rassemblement, d’incitation, de jet de pierres et d’atteinte aux forces de sécurité. D’autres détenus sont détenus dans l’attente de leur comparution devant le ministère public au camp de Margham, un centre de détention des forces de sécurité centrales, tandis que le sort des autres reste inconnu, a déclaré l’avocat.

La répression sécuritaire au cours du week-end marque la dernière escalade d’une campagne gouvernementale visant à déplacer les habitants du quartier d’Ezbet Nady al-Seid à Alexandrie. Les habitants ont déclaré à Mada Masr que les autorités locales appliquaient un plan de longue date visant à vendre la zone à des investisseurs immobiliers qui ne tient pas compte du droit des habitants à une indemnisation juste et proportionnée et à leur mot à dire dans les plans de réinstallation.

Deux semaines avant la manifestation de vendredi, le député local Mahmoud Qassem a annoncé sans avertissement que tous les logements de la région devraient être libérés et a dit aux résidents de se préparer à la réinstallation dans des unités alternatives, ont déclaré deux résidents d’Ezbet Nady al-Seid qui ont parlé séparément à Mada Masr le condition d’anonymat. La déclaration n’a pas fourni de détails concernant le plan de réinstallation ou la façon dont les personnes touchées par la décision seraient indemnisées.

Selon les deux résidents, un comité est venu sur place le 2 juin pour inventorier les unités résidentielles, enregistrer les noms des propriétaires et de leurs conjoints, et photographier les intérieurs. Le comité a dit aux propriétaires des cinq premières unités qu’ils devraient être chez eux afin de remplir les formalités administratives concernant leur réinstallation dans de nouvelles maisons à Bashayer al-Kheir 3 et Bashayer al-Kheir 5, des projets de logements sociaux du gouvernement à environ sept à huit kilomètres de leurs maisons actuelles.

Les propriétaires des cinq appartements ont été informés par l’administration de la région de Bashayer al-Kheir qu’ils recevraient des logements alternatifs à un loyer mensuel de 300 LE, tandis que les propriétaires de magasins se verraient offrir des magasins alternatifs, ont déclaré les deux résidents à Mada Masr.

Les habitants d’Ezbet Nady al-Seid se sont opposés au taux d’indemnisation proposé, ont indiqué les sources, étant donné que les autorités ne faisaient pas de distinction entre les ménages et n’ont pas tenu compte du fait que certains étaient propriétaires de leur maison ou avaient acheté un deuxième appartement pour leurs enfants à se marier, tandis que d’autres possédaient des usines, des ateliers ou des magasins. « Comment se fait-il que les propriétaires d’ateliers d’une valeur d’environ 600 000 LE doivent être rémunérés par un magasin de trois à quatre mètres carrés ? dit l’un des habitants.

Selon un autre habitant qui s’est entretenu avec Mada Masr sous couvert d’anonymat, les habitants craignent depuis longtemps que le terrain soit vendu à des investisseurs. « Nous savions que nous serions obligés de partir et que nous ne pourrions rien y faire, mais au moins nous devrions recevoir notre dû », a déclaré la source. «Nous avons décidé d’organiser des manifestations vendredi pour exhorter les autorités à nous expliquer la situation.»

Des centaines de personnes ont participé à une manifestation organisée vendredi après-midi à Ezbet Nady al-Seid, scandant « nous ne partons pas », « nous n’abandonnerons pas notre terre » et « nous ne faisons qu’un ». Les forces de sécurité ont dispersé la manifestation avec des gaz lacrymogènes et arrêté 51 personnes.

L’un des habitants a déclaré à Mada Masr que la présence sécuritaire dans la zone s’est intensifiée depuis la dispersion de la manifestation et que des procédures d’expulsion sont en cours. Dimanche, les autorités locales de Bashayer al-Kheir, où les résidents doivent être relogés, ont demandé aux occupants de 22 propriétés de fournir une preuve de résidence afin d’être affectés et réinstallés dans de nouveaux appartements.

L’un des résidents qui a parlé à Mada Masr a déclaré que les instructions des autorités ne tenaient clairement pas compte des demandes des résidents, étant donné que les résidents sont censés agir en conséquence sans poser de questions.

Certains résidents ont également exprimé des inquiétudes quant au nombre total de ménages marqués pour expulsion.

Vendredi, le gouverneur d’Alexandrie Mohamed al-Sharif a déclaré au présentateur Amr Adib sur la chaîne de télévision MBC Masr que chaque résident ou propriétaire de magasin à Ezbet Nady al-Seid sera relogé dans une propriété alternative à seulement trois kilomètres de Bashayer al-Kheir 3 ou Bashayer al-Kheir 5, ajoutant que 6 044 familles seront réinstallées et 1 800 nouveaux magasins et ateliers fournis à la place des lieux de travail qui seront déplacés.

Cependant, les habitants évaluent à pas moins de 15 000 le nombre total de familles de la zone marquée pour les expulsions, ajoutant que la majorité des magasins, ateliers et maisons de la zone ne sont pas enregistrés puisqu’ils ont été acquis de manière coutumière par le biais de wad’ al-yed acquisition de terres non enregistrées).

Pendant le vendredi soir

Au téléphone, Sharif a déclaré que les résidents sont déplacés parce qu’Ezbat Nady al-Seid est un « bidonville » et que les pluies hivernales rendent la région vulnérable aux inondations saisonnières.

Pourtant, les habitants qui ont parlé à Mada Masr ont qualifié les commentaires de Sharif de « faux et inexacts ». En mars de l’année dernière, Sharif a annoncé son intention de développer sept zones à Alexandrie, dont Ezbet Nady al-Seid. Le Fonds de développement des établissements informels a alloué 115 millions de LE pour développer l’infrastructure de la région, y compris son système d’égouts, l’eau, l’électricité, le gaz et les routes.

Le système d’égouts de la région a déjà été rénové, ont déclaré les habitants, ajoutant qu’ils n’avaient pas été confrontés à des inondations d’eau de pluie l’hiver dernier.

L’ancien député Haitham al-Hariri, qui a perdu son siège en tant qu’indépendant pour la circonscription de Muharram Bek qui comprend Ezbet Nady al-Seid lors des élections de 2020, a également commenté à Mada Masr la tension entre les activités de rénovation à Ezbet Nady al-Seid et le des ordonnances d’expulsion, en disant: « Il semble que nous ayons affaire à deux gouvernements différents, l’un travaillant au développement et à la rénovation d’Ezbet Nady al-Seid, et l’autre travaillant à la démolition de la zone et à sa vente à des investisseurs. »

Selon Hariri, des expulsions ont déjà eu lieu dans le centre-ville d’Alexandrie et dans la zone de l’aéroport de Nozha, toutes deux adjacentes à Ezbet Nady al-Seid, et des préparatifs sont en cours pour vider les trois zones, ainsi que les quartiers voisins d’Ezbet al -Matar et Abees al-Ashra, afin de les vendre à des investisseurs, dont potentiellement le Groupe Talaat Moustafa.

« La situation à Ezbet Nady al-Seid reproduit ce qui s’est passé sur l’île de Warraq », a déclaré Hariri. « Ils ont vu des terres qui leur plaisaient, alors ils ont décidé d’en expulser les gens. » Hariri, qui a soumis trois demandes d’information à la Chambre des représentants 2015-2020 sur la situation à Ezbet Nady al-Seid, a déclaré à Mada Masr que personne n’était opposé sans compromis aux plans de développement, mais que le gouvernement devrait offrir aux résidents des options, permettant à revenir ensuite sur place s’ils le souhaitent et en tenant compte de la situation particulière de chaque habitant.

Selon Hariri, il a fait part à la Chambre de ses préoccupations aux représentants du ministère du Logement et du Fonds de développement des établissements informels concernant les projets de développement de la région d’Ezbet Nady al-Seid, affirmant que les dépenses consacrées aux infrastructures de la région seraient contre-productives si le gouvernement envisager d’expulser les résidents. Hariri a déclaré que les responsables de l’époque avaient répondu que l’État n’aurait pas recours à l’évacuation de la zone.

Qassem, un député du Parti du futur de la nation qui a remporté le siège de Hariri en 2020, a déclaré à Mada Masr qu’il parlait avec les habitants de la région pour vérifier les informations du gouverneur, soulignant que tout le monde serait indemnisé. Qassem a également déclaré qu’il communiquerait avec les familles de la région pour savoir combien de personnes ont été arrêtées au total.

Laisser un commentaire