L’Afrique est en tête du classement mondial pour l’adoption de Mobile Money

L’Afrique est en tête du classement mondial pour l’adoption de Mobile Money

L’Afrique subsaharienne a le niveau le plus élevé d’adoption de mobile money, les transactions mobiles ont augmenté la production intérieure brute dans la région de plus de 150 milliards de dollars, soit 3,7% entre 2013 et 2022, révèle un rapport publié par le groupe de lobbying mondial de l’industrie des télécommunications, GSMA.

Le rapport State of Industry Report on Mobile Money 2024, montre qu’entre 2013 et 2022, le produit intérieur brut (PIB) total des pays disposant d’un service d’argent mobile était supérieur de 600 milliards de dollars à ce qu’il aurait été sans l’argent mobile.

« Cela équivaut à une augmentation du PIB d’environ 1,5 % au cours de la même période », expliquent les auteurs du rapport. « En plus de contribuer à l’inclusion financière et numérique, l’augmentation de l’utilisation de l’argent mobile a entraîné une hausse du PIB, en particulier dans les pays d’Afrique de l’Est et de l’Ouest.

Mats Granryd a déclaré dans l’avant-propos du rapport que depuis plus de deux décennies, les services d’argent mobile ont connu une croissance exponentielle, favorisant l’inclusion financière de milliards de personnes et ouvrant des perspectives incroyables pour les entrepreneurs et les petites entreprises du monde entier.

« Au fil des ans, l’Afrique subsaharienne a été un moteur essentiel du succès de l’argent mobile, puisqu’elle abrite près des trois quarts des comptes du monde », a ajouté M. Granyrd.

Selon le dernier rapport sur l’état de l’industrie du mobile money, l’adoption et l’utilisation active de l’argent mobile continuent de croître, mais à un rythme plus lent que les années précédentes. Le nombre de comptes enregistrés est passé à 1,75 milliard en 2023, soit une augmentation de 12 % d’une année sur l’autre. Il s’agit toutefois d’un taux de croissance annuel inférieur aux 15 % observés en 2022 et aux 19 % observés en 2021.

L’étude de la GSMA note que les réseaux d’agents ont continué à se développer, tirés par l’augmentation du nombre d’agents en Afrique subsaharienne. « Par rapport à 2022, les agents enregistrés ont augmenté de 22 % en 2023 pour atteindre 18,6 millions, tandis que les agents actifs ont augmenté de 14 % pour atteindre 8,3 millions. Ces agents ont été responsables de la numérisation de plus des deux tiers de tout l’argent entrant dans l’écosystème du mobile money : 307 milliards de dollars en 2023, soit 12 % de plus que l’année précédente. »

La GSMA affirme que l’Afrique de l’Ouest est devenue une puissance mondiale en matière d’adoption de mobile money. « En 2023, plus d’un tiers des nouveaux comptes enregistrés et actifs à 30 jours dans le monde provenaient d’Afrique de l’Ouest. C’est plus que toute autre région, le Nigeria, le Ghana et le Sénégal étant les principaux moteurs de la croissance. »

Selon les auteurs du rapport, l’écosystème dynamique du mobile money en Afrique de l’Ouest s’est développé différemment de celui de l’Afrique de l’Est. Par exemple, le rapport révèle que l’Afrique de l’Ouest a vu l’émergence d’un plus grand nombre de services de mobile money gérés par des entreprises autres que des opérateurs de réseaux mobiles afin de les concurrencer. La croissance de l’entreprise Sendwave a été fulgurante dans le secteur.

Le rapport sur l’état du secteur de mobile money indique qu’en 2023, les volumes de transactions ont augmenté plus rapidement que les valeurs de transaction, ce qui a entraîné une baisse des valeurs de transaction moyennes. « La valeur des transactions a augmenté de 14 % d’une année sur l’autre, ce qui est inférieur à l’augmentation de 22 % observée en 2022. »

De même, les volumes de transactions ont augmenté à un rythme plus lent en 2023 (23 %) qu’en 2022 (27 %). Cependant, les volumes de transaction ont augmenté plus rapidement que les valeurs de transaction. « Le mobile money est désormais utilisé plus fréquemment, bien que pour des transactions de plus petite taille, dans presque tous les cas d’utilisation », note le rapport. « La plupart des transactions d’un montant élevé ont eu lieu au plus fort de la pandémie de COVID-19, lorsque la demande de transactions numériques était très élevée.

Le mobile money stimule les transferts de fonds internationaux

Selon le rapport de la GSMA, les envois de fonds internationaux et les paiements aux commerçants figurent parmi les cas d’utilisation qui ont connu la plus forte croissance en 2023. « La valeur des transactions pour les envois de fonds internationaux a augmenté pour atteindre près de 29 milliards de dollars, soit une augmentation d’un tiers par rapport à 2022. Une grande partie de cette croissance a été tirée par l’Afrique de l’Ouest. »

Les paiements marchands ont augmenté de 14 %, atteignant environ 74 milliards de dollars en 2023. De nombreux clients utilisent à présent le mobile money pour payer des biens et des services : en 2019, un dollar sur dix circulant dans l’écosystème de mobile money a été dépensé pour des paiements marchands, ce chiffre est passé à deux dollars sur dix en 2023.

L’état des lieux du secteur souligne que les transactions interopérables ont continué à augmenter, malgré un ralentissement de la croissance entre 2022 et 2023.

Collectivement, les transactions de banque à mobile et de mobile à banque ont augmenté de 15 % en glissement annuel pour atteindre 210 milliards de dollars en 2023, indique le rapport.

« De nombreux utilisateurs de mobile money effectuent des transactions interopérables plus fréquemment, ce qui a entraîné une baisse de la valeur moyenne des transactions ». Les auteurs du rapport expliquent. « Cela s’explique par le fait que les fournisseurs de mobile money sont connectés à 27 banques en moyenne, soit environ 50 % de plus que l’année précédente.

Enfin, le rapport révèle que certains cas d’utilisation ont diminué pour la première fois : les valeurs des transactions pour les paiements de factures et les décaissements en masse ont chuté en 2023.

La valeur des transactions de paiement de factures a chuté de 11 % pour atteindre 75 milliards de dollars, tandis que la valeur des décaissements de masse a chuté de 1 % pour atteindre 83,6 milliards de dollars. Malgré cela, les deux cas d’utilisation ont vu leurs volumes de transactions augmenter : entre 2022 et 2023, les paiements de factures ont augmenté de 23 %, tandis que les volumes de décaissements de masse ont augmenté de 10 % en 2023.

« Ces deux tendances ont été fortement influencées par les changements réglementaires au Kenya, où les frais de transaction de banque à portefeuille ont été réintroduits. »

Laisser un commentaire