Les prix du pétrole grimpent suite à une reprise de la demande

Les prix du pétrole grimpent suite à une reprise de la demande

Les prix du pétrole ont augmenté pour une deuxième session mercredi sur des signes d’une forte demande de carburant dans les économies occidentales, tandis que la perspective d’un retour des approvisionnements iraniens s’est estompée alors que le secrétaire d’État américain a déclaré que les sanctions contre Téhéran étaient peu susceptibles d’être levées.
Les contrats à terme sur le brut Brent ont augmenté de 37 cents, ou 0,5%, à 72,59 $ le baril à 05 h 20 GMT et ont atteint 72,83 $ plus tôt, le plus haut depuis le 20 mai 2019. Le Brent a augmenté de 1% mardi.
Les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate (WTI) ont bondi de 39 cents, ou 0,5%, à 70,44 dollars le baril après avoir atteint 70,62 dollars, le plus haut depuis le 17 octobre 2018. Les prix du WTI ont grimpé de 1,2% mardi.
« L’amélioration des perspectives de demande semble soutenir les prix du pétrole brut, car le déploiement réussi des vaccins et la saison de conduite estivale aux États-Unis et en Europe continuent de soutenir la demande de carburant », a déclaré Margaret Yang, stratège chez DailyFX, basé à Singapour.
Des données récentes sur le trafic suggèrent que les voyageurs prennent les routes à mesure que les restrictions se relâchent, ont déclaré les analystes d’ANZ Research dans une note, soulignant les données de TomTom qui montraient que les embouteillages dans 15 villes européennes avaient atteint leur plus haut niveau depuis le début de la pandémie de coronavirus.
Mardi, l’US Energy Information Administration a prévu que la croissance de la consommation de carburant cette année aux États-Unis, le plus grand utilisateur de pétrole au monde, serait de 1,49 million de barils par jour (bpj), contre une prévision précédente de 1,39 million de bpj.
Autre signe positif, les données de l’industrie ont montré que les stocks de pétrole brut américain ont chuté la semaine dernière, conformément aux attentes des analystes, selon un sondage Reuters.
L’American Petroleum Institute a annoncé que les stocks de brut avaient chuté de 2,1 millions de barils au cours de la semaine se terminant le 4 juin, ont indiqué deux sources du marché, citant les données.
Les hausses de prix avaient été plafonnées ces dernières semaines, les investisseurs pétroliers supposant que les sanctions contre les exportations iraniennes seraient levées et que l’offre de pétrole augmenterait cette année à mesure que les pourparlers de l’Iran avec les puissances occidentales sur un accord nucléaire progressaient.
Cependant, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré mardi que même si l’Iran et les États-Unis revenaient à se conformer à un accord nucléaire, des centaines de sanctions américaines contre Téhéran resteraient en place.

Laisser un commentaire